Know more

Our use of cookies

Cookies are a set of data stored on a user’s device when the user browses a web site. The data is in a file containing an ID number, the name of the server which deposited it and, in some cases, an expiry date. We use cookies to record information about your visit, language of preference, and other parameters on the site in order to optimise your next visit and make the site even more useful to you.

To improve your experience, we use cookies to store certain browsing information and provide secure navigation, and to collect statistics with a view to improve the site’s features. For a complete list of the cookies we use, download “Ghostery”, a free plug-in for browsers which can detect, and, in some cases, block cookies.

Ghostery is available here for free: https://www.ghostery.com/fr/products/

You can also visit the CNIL web site for instructions on how to configure your browser to manage cookie storage on your device.

In the case of third-party advertising cookies, you can also visit the following site: http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, offered by digital advertising professionals within the European Digital Advertising Alliance (EDAA). From the site, you can deny or accept the cookies used by advertising professionals who are members.

It is also possible to block certain third-party cookies directly via publishers:

Cookie type

Means of blocking

Analytical and performance cookies

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Targeted advertising cookies

DoubleClick
Mediarithmics

The following types of cookies may be used on our websites:

Mandatory cookies

Functional cookies

Social media and advertising cookies

These cookies are needed to ensure the proper functioning of the site and cannot be disabled. They help ensure a secure connection and the basic availability of our website.

These cookies allow us to analyse site use in order to measure and optimise performance. They allow us to store your sign-in information and display the different components of our website in a more coherent way.

These cookies are used by advertising agencies such as Google and by social media sites such as LinkedIn and Facebook. Among other things, they allow pages to be shared on social media, the posting of comments, and the publication (on our site or elsewhere) of ads that reflect your centres of interest.

Our EZPublish content management system (CMS) uses CAS and PHP session cookies and the New Relic cookie for monitoring purposes (IP, response times).

These cookies are deleted at the end of the browsing session (when you log off or close your browser window)

Our EZPublish content management system (CMS) uses the XiTi cookie to measure traffic. Our service provider is AT Internet. This company stores data (IPs, date and time of access, length of the visit and pages viewed) for six months.

Our EZPublish content management system (CMS) does not use this type of cookie.

For more information about the cookies we use, contact INRA’s Data Protection Officer by email at cil-dpo@inra.fr or by post at:

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan CEDEX - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal logo Oniris

Home page

Dynamique de transmission de 2 agents pathogènes (Mannheimia haemolytica et Mycoplasma bovis) chez des Jeunes Bovins en début de période d’engraissement

La diversité très variable des souches de 2 bactéries majeures impliquées dans les maladies respiratoires des jeunes bovins suggère des origines d’infection différentes. Pour Mannheimia haemolytica plusieurs clones (pulsotypes) ont été retrouvés lors d’épisodes de bronchopneumonies infectieuses (BPI) en début d’engraissement. En revanche, pour Mycoplasma bovis un seul clone était présent lors des épisodes à forte prévalence. Ces résultats permettent de mieux comprendre la dynamique de transmission de ces agents et permettront à terme de mieux adapter les mesures de contrôle des BPI.

Contexte/enjeux/ problématique nationales et/ou internationales

Plus de 50 % de la viande bovine européenne et nord-américaine provient de bovins mâles élevés à partir du sevrage en ateliers d’engraissement (USDA, 2011, FranceAgriMer, 2010). Les bronchopneumonies infectieuses (BPI) sont les principales maladies rencontrées dans ces ateliers (Assié et al., 2009, Cusack et al., 2003, Smith, 2009). Ce sont des maladies infectieuses dues à des virus et des bactéries. Parmi les bactéries, Mannheimia haemolytica  (M. haemolytica) et Mycoplasma bovis (M. bovis) sont considérées comme des agents importants. A côté de ces agents infectieux, différents facteurs liés aux animaux, aux conditions d’élevage et à l’environnement favorisent l’apparition de signes cliniques.

Les mesures visant à prévenir l’apparition des BPI reposent sur la maîtrise des facteurs de risque et sur des vaccinations ciblées contre certains des agents infectieux. Ces mesures diminuent l’incidence des cas mais ne permettent toutefois pas d’empêcher totalement l’apparition des BPI (Taylor et al., 2010). Difficiles à détecter rapidement et dans leur totalité (Timsit et al., 2011), les BPI entraînent alors des retards de croissance et des mortalités qui peuvent impacter lourdement le résultat économique des ateliers d’engraissement (Griffin, 1997, Smith, 1998).

Le traitement des BPI nécessite l’utilisation d’antibiotiques (Radostits et al., 2007). Pour contourner la difficulté de la détection des jeunes bovins qui pourraient bénéficier d’un traitement, une stratégie alternative au traitement curatif des seuls bovins détectés par l’inspection visuelle est le recours à la métaphylaxie, c'est-à-dire au traitement de l’ensemble des animaux d’un lot après la détection des premiers cas pouvant nécessiter un traitement (Schwarz et al., 2001). Comme tout traitement antibiotique non ciblé, la métaphylaxie entraîne le traitement d’animaux sains qui n’en nécessiteraient peut être pas et donc une surconsommation potentielle d’antibiotiques. En effet, une justification de ce recours à la métaphylaxie est la protection qu’elle pourrait conférer en prévenant la survenue de nouveaux malades secondaires à la transmission de bactéries pathogènes au sein des lots d’animaux. Dans l’objectif global d’une réduction de la consommation d’antibiotiques, le recours à la métaphylaxie dans le traitement des BPI doit être très prudent. Or, à l’heure actuelle, les connaissances sur la transmission horizontale des bactéries impliquées dans les BPI notamment lors de ou juste après la mise en lot ne sont pas suffisantes pour évaluer le danger réel que représentent ces cas secondaires.   

L’objectif de nos travaux a été de déterminer si un seul ou plusieurs clones de M. haemolytica et de M. bovis sont présents dans le poumon des différents bovins d’un lot lors d’épisodes de BPI. Les isolats de M. haemolytica et de M. bovis ont été caractérisés par électrophorèse en champ pulsé (PFGE)

 

Résultats

Seize épisodes de BPI sont apparus naturellement dans 12 lots de 8 à 12 jeunes bovins (n=112) nouvellement arrivés dans 3 ateliers d’engraissement. M. haemolytica a été isolée pendant 14 de ces épisodes. 175 isolats de M. haemolytica ont été collectés. Deux à 3 clones de M. haemolytica ont été retrouvés dans 10 épisodes alors qu’un seul clone a été retrouvé dans 4 épisodes. Des isolats de M. bovis ont été retrouvés lors de 8 de ces 16 épisodes. La prévalence intra-lot des bovins positifs à M. bovis a été de 8 à 100%. La PFGE a révélé que, même si les bovins provenaient de différents élevages naisseurs d’origine, un seul clone de M. bovis était présent dans un lot lors d’épisode de BPI à forte prévalence d’infection de M. bovis.

 

Perspectives/impact à terme

La diversité significative des souches de M. haemolytica pendant les épisodes de BPI indique que les BPI dans lesquelles M. haemolytica est impliquée n’est pas essentiellement due à la diffusion d’un seul clone virulent parmi les bovins et fait ressortir l’importance des facteurs qui prédisposent à l’apparition des cas en aidant la flore résidente dans le nasopharynx des bovins à surclasser leur système immunitaire.

Même si M. bovis peut survenir chez des animaux porteurs après un événement stressant comme le transport ou l’allotement, l’augmentation de prévalence de l’infection pulmonaire à M. bovis observée lors d’épisodes de BPI qui surviennent tôt dans la période d’engraissement semble essentiellement due à la transmission horizontale d’un clone parmi les jeunes bovins.

 

Valorisation

Timsit E., Christensen H., Bareille N., Seegers H., Bisgaard M., Assié S. 2012. Transmission dynamics of Mannheimia haemolytica in newly-received beef bulls at fattening operations. Veterinary Microbiology.http://dx.doi.org/10.1016/j.vetmic.2012.07.044

Timsit E., Arcangioli M.A., Bareille N., Seegers H., Assié S. 2012. Molecular epidemiology of Mycoplasma bovis during bovine respiratory disease outbreaks in newly-received beef bulls at fattening operations. Journal of Veterinary Diagnostic Investigation. In press.

 

Bibliographie

  • Assié, S., H. Seegers, B. Makoschey, L. Desire-Bousquie, et N. Bareille. 2009. Exposure to pathogens and incidence of respiratory disease in young bulls on their arrival at fattening operations in France. Veterinary Record 165: 195-199.
  • Cusack, P., N. McMeniman, et I. Lean. 2003. The medicine and epidemiology of bovine respiratory disease in feedlots. Australian Veterinary Journal 81: 480-487.
  • FranceAgriMer. 2010. Filière bovine. http://www.franceagrimer.fr/Projet-02/08publications/
  • elevage/bovins_20103. pdf
  • Griffin, D. 1997. Economic impact associated with respiratory disease in beef cattle. The
  • Veterinary clinics of North America 13: 367-377.
  • Radostits, O., C. Gay, K. Hinchcliff, et P. Constable. 2007. Veterinary Medicine: A textbook of the diseases of cattle, horse, sheep, pigs, and goats. 10th ed. W.B. Saunders Ltd, London.
  • Schwarz, S., et E. Chaslus-Dancla. 2001. Use of antimicrobials in veterinary medicine and mechanisms of resistance. Veterinary Research 32: 201-225.
  • Smith, R. 1998. Impact of disease on feedlot performance: a review. Journal of Animal Science 76: 272-274.
  • Smith, R. 2009. North American cattle marketing and bovine respiratory disease (BRD). Animal Health Research Reviews 10(2): 105-108.
  • Taylor, J., R. Fulton, T. Lehenbauer, D. Step, et A. Confer. 2010. The epidemiology of bovine respiratory disease: what is the evidence for preventive measures? The Canadian Veterinary Journal 51: 1351-1359.
  • Timsit E., Bareille N., Seegers H., Lehebel A., Assié S. 2011. Visually undetected fever episodes in newly received beef bulls at a fattening operation: Occurrence, duration, and impact on performance. Journal of Animal Science 89: 4272-4280.
  • United States Department of Agriculture (USDA). 2011. U.S. Beef and Cattle Industry: Background Statistics and Information. http://www.ers.usda.gov/news/BSECoverage.htm