En naviguant sur notre site vous acceptez l'installation et l'utilisation des cookies sur votre ordinateur. En savoir +

Menu Logo Principal Agrocampus Ouest Université d'Angers   IRHS

Accueil IRHS

LabCom Estim : une vidéo sur les recherches pour des outils d’évaluation multicritères des stimulateurs des plantes.

LabCom Estim
Une vidéo pour expliquer les recherches réalisées par le laboratoire commun UMR IRHS – Arexhor PL, qui va accompagner le développement des Biostimulants et des Stimulateurs de défense des plantes.

L’Agence Nationale pour la Recherche a retenu le projet de création d’un Laboratoire commun de recherche, le LabCom "ESTIM". Il s’agit d’un partenariat entre plusieurs équipes scientifiques de l’Unité Mixte de Recherche IRHS (Inra - Agrocampus Ouest – Université d’Angers) et l’entreprise Arexhor Pays de la Loire, qui associe les expertises de :

  • L’UMR IRHSsur l’étude de la réponse des plantes à leurs environnements (naturels et/ou après application de stimulateurs),
  • L’entreprise Arexhorsur l’évaluation de l’efficacité de stimulateurs en conditions de production.

Cette collaboration a vocation à produire de la connaissance et de l’innovation au service d’un objectif commun : développer et valoriser des outils d’évaluation multicritères de stimulateurs de vitalité des plantes (biostimulants et stimulateurs de défense des plantes) pour mieux les intégrer dans les systèmes de cultures. Les deux cultures ciblées en premier lieu seront la tomate et la vigne. La vigne est une culture emblématique de la région angevine. La tomate, plante annuelle cultivée sous serres possède des caractéristiques de culture et de développement différentes de celles de la vigne. Ces deux plantes représentent des situations de culture contrastées, idéales pour éprouver les outils. A long terme, l’objectif est d’élargir les travaux à d’autres cultures.

Le Labcom Estim s’intéresse à deux types de produits : les stimulateurs de défense des plantes et les biostimulants. Les premiers vont aider la plante à se protéger des maladies (moins de pesticides nécessaires), les seconds vont favoriser sa croissance (moins d’engrais). Reposant sur des éléments naturels (des extraits d’algues, de végétaux, de minerais ou des micro-organismes), ces produits alternatifs aux intrants traditionnels représentent un espoir pour une agriculture plus durable.

Pour en savoir plus, une vidéo a été réalisé sur ce projet :